Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous reproduisons ci-dessous un article paru sur le blog des Vosges royales en novembre dernier.

Bonne occasion de méditer sur les idées reçues concernant la jeunesse...

 

(http://gazette-royale88.over-blog.com/)

Lors de mes recherches pour l'écriture des articles précédents, je suis tombé sur cet hommage que je ne peux pas ne pas partager avec vous.

Oui c'est un hommage surprenant mais c'est un bel hommage.

Quand  je parle de bel hommage, je ne me place pas sur le terrain de l'esthétique : je dois avouer que ce n'est sûrement pas  la forme que j'aurais choisie.

Je me place sur celui du cœur car il est indéniable que c'est celui qui a présidé à l'élaboration de ce texte.

Cela ne me réconcilie pas forcément avec la genre du rock-métal, mais cela suscite tout de même une réflexion. Je sais que pour beaucoup de nos amis, la forme l'emportera sur le fonds et que les condamnations vont pleuvoir... Mais je ne peux m’empêcher de penser au "jongleur de Notre Dame", ce mystère du XII-ème siècle qui conte l'histoire d'un pauvre hère qui avait une dévotion particulière pour la Vierge Marie et gagnait sa vie comme bateleur. Entré dans un monastère comme frère lai, il ne savait, pour prier Notre Dame, que jongler ce qui causa le courroux et la condamnation du père supérieur. Mais, lorsque celui-ci vit la Mère de Dieu descendre de son autel pour soigner le pauvre jongleur qui avait fait une chute, il comprit qu'il n'y avait pas une unique manière de prier. (Voir le conte dans un autre article).

De même, dans notre combat, ne regardons pas l'apparente "orthodoxie", des individus. Attachons nous plutôt à  rechercher ce qui nous réunit plutôt que ce qui nous sépare..

 

Mais écoutez (cela ne dure que 3 minutes 46...) et lisez les paroles de cette chanson du groupe Paris Violence :

 

 

Paris ViolenceMon Commandant

Garçon de 19 ans dans les années 40
Tout de suite il comprend que l'honneur de la France
N'est pas du côté des indécis qui patientent
Dans le vieux Périgord il entre en résistance
Lande humide dont il connaît chaque recoin
Autant d'abris cachés quand passent les patrouilles

Les cris en allemand, les aboiements des chiens
Le souffle qu'on suspend et le front qui se mouille

Esprit trop téméraire pour rester dans l'ombre
Son destin, il le sait, est d'être combattant
Mais alors qu'il s'apprête à embarquer pour Londres
C'est l'odieux guet-apens gare de Perpignan
Deux ans, il survivra au milieu de l'enfer
La faim, les coups, la peur, les barbelés, la nuit
A Buchenwald, dans l'horreur concentrationnaire
Il apprend le pouvoir de l'instinct de survie

Rescapé par miracle il prend la décision
De suivre la voie qui depuis toujours l'attend
Et sorti de Saint-Cyr, il rejoint la Légion
Patrie de ceux qui ont la guerre dans le sang
Honneur, Fidélité, et Sidi Bel Abbès
Revues en képi blanc sous un soleil de plomb

Mais déjà le rappelle la vieille maîtresse
Qui depuis peu fait rage le long des lagons

Jeune officier para découvrant l'Indochine
Sous le perfide feu des tireurs embusqués
Villages massacrés, les partisans vietminh
Au nom de l'oncle Ho ne font pas de quartier
Fera-t-on Camerone sur la RC4 ?
Mourir pour Cao Bang ou un PA perdu
Qu'importe au légionnaire envoyé pour combattre
Et vaincre là où tout autre serait vaincu

A peine quelques mois, l'Indo est déjà loin
Mais on pose des bombes dans les rues d'Alger
Dans le djebel on se bat le PM au poing
Vengeant les camarades trouvés égorgés
Les treillis léopard, les casquettes Bigeard
Sillonnent la casbah une main sur la crosse

Et selon la rumeur, on pourrait tôt ou tard
S'attendre à quelque chose comme un coup de force

Avril 61, le 1°REP attaque
Putsch ou baroud d'honneur, bravade suicidaire
Un dernier coup d'éclat qui s'achève en débâcle
Dans les fourgons de la police militaire
Les bérets verts chantent " je ne regrette rien "
En rentrant sous escorte au camp de Zéralda
Et fidèle à ses hommes et à son destin
Le commandant de Saint-Marc était de ceux-là

 

 

Chanson extraite du volume

Croisons le fer

Tag(s) : #jeunesse, #Légion étrangère, #guerre de14-18, #armée, #devoir de mémoire

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :